Cavaillon : comment le MIN est tombé dans le panneau… photovoltaïque

9 mars 2018

L’opération permettra de remettre à neuf près de 20 000 m² de toiture et produire de l’électricité pour l’équivalent de 1 400 foyers. Du gagnant-gagnant pour tout le monde ! Voila un bien bel exemple de collaboration au service de tous. D’un côté, le Marché d’intérêt national qui met à disposition la quasi-totalité des toitures de ses… Voir l’article

20180224_1_1_1_1_1_obj16889966_1

L’opération permettra de remettre à neuf près de 20 000 m² de toiture et produire de l’électricité pour l’équivalent de 1 400 foyers. Du gagnant-gagnant pour tout le monde !

Voila un bien bel exemple de collaboration au service de tous. D’un côté, le Marché d’intérêt national qui met à disposition la quasi-totalité des toitures de ses bâtiments, de l’autre une entreprise qui va y installer et gérer des panneaux photovoltaïques permettant la production d’électricité. Et enfin, en bout de chaîne, la production d’une électricité « propre », renouvelable et sans impact pour l’environnement

« C’est du gagnant-gagnant » résume le président du MIN ravi de cette opération qui sera officialisée dans quelques jours par la signature d’une convention.

La ville est propriétaire des terrains

Revenons sur le fond du dossier. Le Marché d’intérêt national a été créé dans les années 60. À Cavaillon, le terrain appartient à la ville mais les bâtiments sont la propriété du MIN qui est une structure privée. La convention liant ville et MIN prend fin en 2028, et théoriquement la ville peut tout reprendre, bâtiments compris à cette échéance. Certes, une telle décision est peu concevable dans la mesure où le MIN est un véritable outil de développement économique. N’empêche, cette fin de contrat appelle à la prudence.

Un demi-siècle après sa création, force est de constater que les bâtiments ont besoin d’un coup de neuf, surtout les toitures qui souffrent pour certaines d’infiltrations. Et c’est sans compter sur la présence d’amiante par endroits. Enlever ce matériau coûte très cher !

La solution c’est de confier les travaux de rénovation a une entreprise qui veut bien travailler gratuitement. Enfin presque, La société c’est Langa qui en contrepartie va s’installer environ 9 000 panneaux photovoltaïques et revendre ainsi l’électricité à EDF. Langa qui a gagné l’appel d’offres et obtenu l’aval du ministère de l’Écologie, n’est pas une inconnue. L’entreprise basée en Bretagne a déjà équipé des bâtiments à Morières-les-Avignon par exemple.

Un projet vertueux

Le directeur commercial de Langa, Laurent Morel table sur 3 à 4 mois de travaux avec un chantier qui pourrait commencer dans quelques semaines. L’électricité ainsi produite est équivalente à l’alimentation d’environ 1 400 foyers, hors chauffage électrique.

« C’est un projet vertueux » avance d’ailleurs Laurent Morel.

Le MIN, c’est quoi en deux mots

  • Le MIN s’étend sur 18 hectares dont 65 000 m² de bâtiments (il est propriétaire à hauteur de 25 000 m²).
  • Le MIN est un espace dédié aux professionnels pour l’achat et la vente de produits de qualité. Il accueille également des événements avec un espace fonctionnel de 1 000 à 5 000 m²: foire bien sûr, congrès, salons comme celui des véhicules de collection organisé par Les Trapadelles, spectacles…
  • Le MIN loue de petites surfaces afin d’aider de jeunes entreprises à s’installer et à consolider leurs activités à l’exemple de la jeune société Lokki.

Jean-Luc Parpaleix, La Provence,

L’article sur LaProvence.com